~ Les Talents d’Alphonse, visite et interview (2/2) ~

Dans le précédent article, je vous ai parlé des Talents d’Alphonse, site qui permet de mettre en relation des retraités ayant un (ou plusieurs !) talents et des « curieux » ayant soif d’apprendre. J’ai pu faire grâce à eux un cours de couture à domicile mais les cours proposés sont très variés : langues, musique, couture, tricot ou autres loisirs créatifs…

Désireuse d’en savoir plus sur l’équipe, je suis allée les rencontrer dans leurs locaux à Paris pour un interview et une visite !

Les locaux sont très sympas et partagés avec d’autres entreprises, un incubateur… tout cela favorisant l’émulation et l’échange (NB : en plein mois d’août, ça paraît vide mais je pense que ça grouille en temps normal…)

Marie, la graphiste/designer en pleine action (oh, mais je vois une agrafeuse « Les talents d’Alphonse !)

Margot, qui a rejoint la société en juin dernier, m’en a dit plus sur la genèse et le fonctionnement du site. L’intérêt est double, pour le retraité, l’Alphonse ou l’Alphonsine, de pouvoir transmettre un savoir, rencontrer de nouvelles personnes, pour le « curieux » comme on l’appelle sur le site, d’apprendre et de créer du lien intergénérationnel.

L’idée de départ tourne autour de ces deux points et du constat des deux fondateurs, Thibault et Barthélémy, lors de leurs voyages, que dans d’autres pays, la place des « seniors » ainsi que la transmission de savoirs étaient beaucoup plus valorisée qu’en France.

A ce jour, les Talents d’Alphonse sont une équipe dynamique de 7 personnes. Ils créent un véritable réseau (environ 270 Alphonses et Alphonsine à ce jour!), s’appuient sur des principes de proximité, de qualité (ils rencontrent chaque retraité) et comptent bien s’étendre en dehors de Paris (Lille à partir de la rentrée).

Une nouvelle offre est en train d’être développée sur le site pour faire profiter son enfant du talent d’un Alphonse ou d’une Alphonsine par une garde autour d’une activité ludique dans votre quartier (sortie, lecture, jeux linguistique, tout est possible !) Etant maman d’une petite fille de 2 ans, je pense que je vais aussi tester cette offre. Vous me direz si vous souhaitez un article dessus !

Je leur souhaite tout le succès possible !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Rendez-vous sur Hellocoton !

~ Manteau cocooning « LaSeine&Moi » ~

C’est toujours un plaisir de découvrir de nouvelles marques grâce au blog. Je voulais vous parler des fausses fourrures LaSeine&Moi. J’ai pu me blottir dans le superbe « Victoria », manteau d’une douceur incomparable, un vrai doudou, je ne voulais plus l’enlever ! J’ai craqué pour sa couleur rose poudrée ! Et surtout, il est bien chaud et confortable.

Je suis fan du concept de fausse fourrure car, en hiver, j’ai vraiment besoin de douceur et de chaleur. Et parfois, j’ai envie de porter une jolie chemise (comme celle de ce look de la marque Wearlemonade) et pas un gros pull, surtout si je sais que je vais dans un intérieur chauffé.

Tous les modèles de la marque me font craquer (en particulier la veste sweet red heart et les fluffy black ou snow bombs par exemple, ainsi que les étoles), ils sont vraiment top et intemporels. Je pense qu’ils pourraient facilement devenir des classiques dans la garde robe ! Après, ce n’est pas forcément mon budget, (les manteaux tournent autour de 450-500 euros) mais cela les vaut je pense. La qualité a un prix !

Envie d’en savoir plus ? Un petit interview de Lydia Bahia, la fondatrice de la marque en fin d’article !

Merci Lydia d’avoir accepté de répondre à quelques questions !

Pourriez-vous le décrire en quelques mots ? Comment et quand est née la marque ?

Le premier déclic je l’ai eu à New York pendant mon Master en Droit. Puis je me suis orientée vers le journalisme TV. Cependant j’ai toujours été mordue de mode. Je me suis vite rapprochée des stylistes qui bossaient sur les plateaux et j’ai rapidement compris que ma place était définitivement ailleurs. Depuis quelques années j’habillais ma sœur, comédienne, pour des évènements, lui choisir ses looks etc… Et du jour au lendemain j’ai décidé de me lancer … enfin ! La Seine&Moi a vu le jour en 2014.

Pourquoi des fourrures 100% vegan et peut-on en savoir plus sur les matières utilisées ?

Un déclic … je ne comprenais pas que la fausse fourrure soit si peu ressemblante à de la vraie fourrure, alors que l’on trouve toutes sortes d’imitations de matières sur le marché (comme le similicuir). J’ai cherché pendant plus d’un an et demi avant de trouver ce tissage et cette texture si douce et belle. Il s’agit d’acrylique tout simplement, mais il est travaillé et suit un long processus. J’utilise uniquement de la fausse fourrure française de très grande qualité. Il n’y a rien sur le marché de plus haut de gamme que celle-ci.

D’où vient le nom La Seine & Moi ?

Mon amour pour Paris, la Seine, ce fleuve qui scinde Paris en deux depuis si longtemps. L’inspiration, elle est ici et là, dans toutes ses rues dont je ne me lasserai jamais.

Quelles sont vos sources d’inspiration ?

Pour cette collection, je me suis inspirée de la parisienne, sa garde robe au quotidien. En y ajoutant cette touche de folie qu’ont les anglo-saxonnes.

Qui sont vos clientes ?

Des femmes qui aiment la simplicité, et qui souhaitent rester chics sans trop en faire. C’est le fameux « effortless ».

Où peut-on trouver vos produits ?

La collection est en vente sur l’Eshop de la marque, mais également chez Harvey Nichols. Et dans 10 jours dans un nouveau Concept store MONARK rue sainte-opportune (75001).

Qu’est-ce qui, d’après vous, vous démarque dans le domaine de la fausse fourrure ?

Le Made in Paris dans un premier temps. Et la qualité du tissu que j’utilise, sans aucun doute ! Aucune marque actuelle de fausse fourrure n’utilise une matière équivalente.

Il y a aussi les coupes qui mettent en valeur la silhouette de la femme. Chaque modèle est fait pour affiner, voir grandir la femme. Il est hors de question de se perdre dans un grand ou long manteau. Il faut choisir la longueur parfaite pour toutes les sublimer.

Quels sont vos projets à venir ?

Je travaille actuellement sur l’hiver 2017. De nouvelles couleurs et une nouvelle gamme de produits sont au programme. Je ne vous en dis pas plus ;)

Une anecdote sur la marque (par exemple lors de shootings ou des retours client qui vont ont surprise) ?

Une cliente qui a son armoire remplie des grands noms de la fourrure. Elle est venue avec un a priori sur la fausse fourrure, comme beaucoup de gens, et elle est repartie avec le modèle Louise. Maintenant elle est addict à La Seine&Moi. C’était un beau challenge.

Votre playlist du moment ? Ou une musique/un titre qui vous inspire ?

Lost on you de LP … j’ai du l’écouter une centaine de fois !

En tant que parisienne, un bon plan ou une adresse un peu confidentielle à partager avec nos lecteurs ?

Difficile d’en choisir qu’une, mon carnet en est rempli :D

Je dirais REGAL 32 rue monsieur le prince (75006) pour déguster une pâtisserie autour d’un thé sélectionné par ses propriétaires.

 Merci Lydia et à très bientôt !!!

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Rendez-vous sur Hellocoton !

~ Une bien jolie découverte : les bijoux Boks & Baum ~

Lors d’une des journée au « Shopstyle Sanctuary » pendant la Paris Fashion Week, le mois dernier,  j’ai rencontré Bulle qui m’a présenté les bijoux Boks & Baum et cela a été un véritable coup de cœur ! J’ai été fasciné par le superbe travail de la créatrice, Sylvie qui mêle un minutieux travail de crochet et des pierres semi-précieuses.

Les colliers sont de véritables parures. Porté sur un look minimaliste (par exemple un top blanc et un jean slim), ils font le look à eux seuls !

Les manchettes ne sont pas en reste. Faciles à ranger car elles peuvent se remettre à plat, elles s’adaptent à toutes les tailles de poignets (très important pour moi et mon poignet trop fin !)

Cette manchette va avec tout et éclaire n’importe quelle tenue.

La créatrice est française mais vit actuellement au Mexique où elle puise son inspiration. Elle a gentiment accepté de répondre à quelques questions.

Merci Sylvie d’avoir accepté cette interview.

Peux-tu nous parler de ton parcours ?

Avec grand plaisir!

J’ai toujours été passionnée de mode et d’art déco. J’ai débuté mon parcours de créatrice dans les années 80 à Paris, dans le Marais. J’avais ouvert une boutique/atelier de conception de tricots sur mesure « Côte à Côte ». Ça a été un grand succès, à tel point que je participais à l’émission «  Surtout le matin » sur TF1 dans laquelle j‘enseignais les secrets de la maille aux vedettes de la chanson ou de l’écran de l’époque !!

J’ai ensuite été vivre en Afrique du Sud puis au Brésil. J’y ressentais l’envie de porter des pièces fantaisies, des accessoires colorés et surprenants , mais je suis allergique à tous les métaux ! J’ai cherché une méthode pour faire des pièces sans métal sur la peau et j’ai donc pensé à crocheter une chaine. C’est ma grand mère qui m’a appris le crochet !
J’ai trouvé que le résultat rendait vraiment bien et j’ai donc développé cette technique, puis j’y ai ajouté des pierres semi-précieuses, qui sont ultra présentes au Brésil.
Finalement c’est en m’installant à Mexico que j’ai crée ma marque et y ai ouvert mon atelier.

 

Depuis combien de temps crées-tu des bijoux ? D’où vient le nom de la marque ?

J’ai crée mon premier modèle au crochet en 2005, l’Amandine. A l’époque, rien ne ressemblait à ça ! Une chaîne maxi et colorée, c’était précurseur !

Le nom de la marque vient de mon nom de famille, Sylvie Boksenbaum. Je cherchais des idées, et un ami qui est brand manager a fait cette proposition qui m’a séduite.

 

Qu’est-ce qui t’a décidée à te lancer ?

Cela s’est déroulé en plusieurs étapes.

Tout d’abord c’est mon entourage qui m’a poussée et m’a donné la motivation de créer. Mes copines étaient folles de mes colliers, elles en voulaient toutes un ! J’ai donc commencé à varier les formes, les couleurs, j’organisais des ventes privées chez moi. Il m’arrivait de vendre des pièces dans la rue à des femmes qui s’arrêtaient à mon passage !
J’ai ensuite décidé de tester vraiment  le potentiel de mes créations en participant à un salon professionnel en 2014, Bijorhca. Ça a été l’argument décisif, beaucoup de journalistes et acheteurs ont eu un coup de coeur. J’ai du refuser les commandes car je n’avais pas du tout la capacité de production !
J’habitais à l’époque au Mexique, j’y ai donc crée mon atelier. J’ai formé des femmes au crochet, j’ai parcouru pendant des jours et des jours le « centro » pour y dénicher les pierres, fils etc… et nous nous sommes lancées! Nous sommes maintenant 10 à l’atelier, 7 couturières, 2 responsables commerciales et moi.

 

Quelles sont tes sources d’inspiration ?

Tout et n’importe quoi. J’adore la récup et chiner, certaines de mes pièces sont crochetées autour de porte-clefs ! Je m’inspire beaucoup de la mode aussi, j’ai une affinité avec les couleurs, les styles, les harmonies.
Mes voyages ont aussi influencés mes créations évidemment. J’étais très sensible à l’artisanat de rue et à l’inventivité de l’Afrique. J’étais émerveillée par la beauté des pierres fines au Brésil, qu’on trouve dans la nature si belles et si subtiles. Le Mexique est un pays baigné de soleil, de couleurs, d’énergie, très propice à la créativité. Toutes ces cultures sont concentrées dans mes colliers !

 

Quelles matières et couleurs privilégies-tu ?

Le coton, le lin,  la soie … le confort !

Et le couleurs … toutes ! C’est ça le travail le plus pointilleux. J’adore mélanger les matières, les formes, les tons. Il y a un long travail de recherche : La recherche des mélanges des perles, des fils, des pierres, des cotons. Puis la recherche des mélanges des cotons. On peut mélanger les fils à l infini : un doré avec un rafia avec un coton, et ensuite on mélange un noir avec un beige pour arriver à un ton plus gris, etc… Je passe des heures à trouver l’harmonie parfaite pour chaque anneau, pour chaque création.

A quelle type de femmes s’adressent tes créations ?

Pour moi le bijou est l’un des plus brillants espaces d’expression de la personnalité. Les miens s’adressent à des femmes élégantes, qui veulent un look différent et original.
Ce sont des pièces uniques, légères et confortables, qui peuvent être portées tout le temps, pour différentes occasions. J’aime l’idée d’accessoriser un look très casual : un jean, un t-shirt blanc, et un beau collier ! Ou bien pour sublimer une tenue habillée.
Avoir un collier boks&baum apporte une personnalité au style, c’est un bel accessoire de mode, un accessoire de Haute Couture.
Où peut-on se procurer tes bijoux ?

Toutes mes créations sont disponible sur notre site internet : www.boksandbaum.com, et également à mon showroom parisien. (sur rendez-vous par email : sylvie@boksandbaum.com)

Quels sont tes projets à court et moyen terme ?

J’ai toujours des milliers de projets en tête. Je me surprends souvent à penser « quand je serai grande, je ferai ça…. » et je crois qu’à 100 ans je serai encore en train de créer !

A court terme, nous travaillons dur pour développer la marque dans le monde, trouver des nouveaux points de vente, nous faire connaître ! Je suis également en train de travailler sur une collection capsule SWAROVSKI.
A moyen terme je rêve de développer le parfum de la Maison boks&baum, j’en connais déjà le nom et le packaging !
Et évidemment, ouvrir la boutique de la Maison boks&baum, à Paris.

 

As-tu une anecdote un peu folle à raconter autour de tes bijoux ?

J’étais à la soirée d’anniversaire des 120 ans de Swarovski à Paris et je portais le modèle Antoinette, notre pièce phare. J’ai vu une belle femme blonde traverser la salle et se diriger vers moi, entourée et suivie par beaucoup de monde, c’était Nadja Swarovski ! Elle m’a demandé d’où venait mon collier, et a dit à la directrice de l’atelier Swarovski que nous devions absolument travailler ensemble ! Elle a adoré !!

C’est de la même manière que j’ai rencontré Barbara Berger. Ce sont des femmes expertes en la matière, qui ont l’œil pour remarquer le beau travail et les créations atypiques !

Aimes-tu créer en musique ? Quels groupes écoutes-tu ?

Oui j’adore et j’en ai besoin, le crochet est un travail minutieux et long ! Mes goûts en musique sont très hétéroclites, j’aime aussi bien écouter Mozart et Gainsbourg que Ray Charles et Beyoncé ! Et les séries m’accompagnent beaucoup quand je travaille également, à condition qu’elles ne soient pas trop prenantes, sinon je perds en efficacité !

Un grand merci et à bientôt !!!

Rendez-vous sur Hellocoton !
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...